Actualités régionales

 Les Maladies Inflammatoires Chroniques de l’Intestin (MICI) chez le chien
07/03/2020

Les Maladies Inflammatoires Chroniques de l’Intestin (MICI) chez le chien

Introduction : Les MICI sont des affections fréquentes, qui concernent tout ou une partie de l’appareil digestif du chien, en allant de l’estomac au colon. On retrouve ces maladies chez le chien et chez le chat , mais elles sont plus rares dans cette dernière espèce. L’expression clinique et les répercussions sur la santé de l’animal sont très variables. Leur diagnostic nécessite la réalisation de prélèvements (biopsies) ; ceux-ci peuvent être réalisés par endoscopie ou par voie chirurgicale.     Maladie : Les MICI sont caractérisées par une colonisation de la paroi des organes par des cellules inflammatoires. L’infiltrat inflammatoire peut être plus ou moins étendu : souvent généralisé, parfois plus localisé (on parle alors de granulomes inflammatoires). Les cellules inflammatoires sont le plus souvent des mastocytes et/ou des lymphocytes, mais d’autres cellules peuvent être représentées (polynucléaires éosinophiles par exemple) ; toutes ces cellules sont des globules blancs , dont la présence au sein de la paroi des organes concernés est anormale. Elles perturbent le fonctionnement normal de l’appareil digestif. Actuellement, on classe l’ensemble de ces maladies en 3 groupes : 1. les entéropathies répondant à un changement alimentaire ; 2. les entéropathies répondant aux antibiotiques ; 3. les entéropathies répondant aux immunosuppresseurs. Le terme entéropathies est employé ici de façon générique, car chez le chien, il est rare que l’intestin grêle ne soit pas concerné par l’infiltration inflammatoire. Les animaux atteints peuvent être très jeunes, d’âge moyen, ou plus avancé.     Symptômes : Dans la plupart des cas, on observe des signes digestifs : baisse d’appétit, vomissements, diarrhée (tous ces signes ne sont pas toujours exprimés simultanément), et éventuellement des signes généraux : amaigrissement, baisse d’activité, ascite, poil sec et terne. Dans les selles, on peut parfois retrouver du sang, non digéré (rouge) ou digéré (coloration noire des selles). Il arrive qu’un animal soit présenté à un stade déjà très avancé de la maladie (amaigrissement important, ascite, hypoprotéinémie), sans qu’aucun épisode de diarrhée ni de vomissement n’ait été constaté. Les symptômes s’expriment sur de longues périodes (semaines, mois). L’évolution ultime des cas sévères est la mort.     Causes : Dans le cas des entéropathies répondant à un changement alimentaire, une intolérance ou une allergie alimentaire sont à l’origine de la maladie. Il est à noter qu’un animal peut devenir allergique à un composé de son alimentation, même s’il consomme le même régime depuis plusieurs années.     Prévention : Aucune.     Traitement : Les cas les plus simples permettent un contrôle de la maladie avec une modification de l’alimentation. On opte pour un r égime hypoallergénique soit industriel (c’est l’idéal car il est parfaitement équilibré), soit ménager (plus contraignant, moins bien équilibré, ce qui est gênant à long terme). Le régime ménager consiste à servir à l’animal des aliments qu’il a peu de chances d’avoir mangés auparavant, notamment en ce qui concerne la source de protéines. Les nutriments à l’origine des intolérances/allergies sont presque toujours les protéines. Ainsi, on recommande la viande de mouton, de cheval, éventuellement de canard, ou encore du poisson. Les glucides ne sont généralement pas responsables, mais par sécurité, on peut opter pour une source originale comme le tapioca. Les fibres ne posent pas de problème : tout légume vert est adapté. Un tel régime n’est pas équilibré sur les plans minéral et vitaminique. C’est pourquoi il est préférable de donner un aliment industriel diététique. Le régime hypoallergénique doit être maintenu le plus longtemps possible. Certains patients supportent un retour à un aliment « standard », d’autres doivent conserver leur régime spécial en permanence.   Dans le cas des entéropathies répondant aux antibiotiques, le traitement doit être long. Diverses molécules peuvent s’avérer efficaces.   Enfin, les entéropathies répondant aux immunosuppresseurs sont les plus contraignantes. Là encore, diverses molécules peuvent être employées : prednisone, chlorambucile, azathioprine, cyclophosphamide.   Un suivi clinique et biologique (prises de sang) régulier est alors indispensable. Ce traitement est toujours associé à un régime hypoallergénique strict. Les effets secondaires à long terme ne sont pas négligeables. Le traitement est soit temporaire, soit permanent, selon les cas. Bien entendu, avant d’instaurer ces traitements, il est indispensable de déparasiter l’animal malade, ainsi que tous les animaux vivant avec lui (vermifuges polyvalents, mais aussi élimination de la giardiose et de la coccidiose).     Conclusion : Les MICI sont des infiltrations de l’appareil digestif, et le symptôme le plus fréquent chez le chien est la diarrhée chronique, réfractaire aux traitements classiques. Leur évolution est longue, et leur guérison ne peut être spontanée. La mesure thérapeutique principale doit toujours être le passage à un régime alimentaire hypoallergénique, de préférence industriel. Le pronostic doit être réservé au moment du diagnostic.
Le furet
28/02/2020

Le furet

Carnivore de la famille des mustélidés (famille qui comprend également le putois, la belette, le vison...). En latin : Mustela putorius furo (putorius signifiant « puant » et furo « voleur »). Le furet est un animal DOMESTIQUE (domestiqué vers 1300 av JC par les égyptiens).     Caractéristiques : Longévité : 6-8 ans en moyenne.   Morphologie : Corps très allongé, extrêmement souple. Petites pattes munies de griffes non rétractiles (moins « pointues » que celles du chat). Tête triangulaire avec un museau fin Petites oreilles contenant un cérumen brunâtre. Nombre de mamelles variable : généralement 8 mamelles.   Peau : - très épaisse - dépourvue de glandes sudoripares donc pas de possibilités de régulation de la chaleur corporelle : le furet supporte mal la chaleur - nombreuses glandes sébacées : rend la peau grasse et est responsable de l’odeur forte surtout pendant la période de reproduction (intervention des hormones sexuelles). La stérilisation permet de diminuer l’odeur.   Présence de sacs anaux de part et d’autre de l’anus : la vidange des sacs se réalise lorsque l’animal à peur ou qu’il se sent agressé. L’ablation des sacs anaux est maintenant interdite (excepté pour des raisons médicales) et ne permet pas de diminuer l’odeur du furet.     L’habitat :  - En appartement : Cage à plusieurs étages munie de plusieurs « cachettes » : tunnels, manches de vêtements... Bac à litière : les furets font leurs besoins dans un coin mais il est très difficile de leur apprendre la « propreté » (à la différence des chats). Choix des jouets : il faut faire très attention aux jouets laissés à disposition : les furets avalent tout et n’importe quoi (ce qui peut créer des obstructions intestinales qui peuvent être mortelles). En liberté : les furets sont très CURIEUX et font beaucoup de « bêtises » : grattent les plantes, renversent tout ce qui peut l’être, déplacent les peluches, mordillent les chaussons... Ne jamais les laisser sans surveillance en liberté dans un appartement « non sécurisé ».   - A l’extérieur : Les furets sont encore utilisés par certains pour la chasse : recherche des lapins dans les clapiers... Ils vivent alors souvent dans des « clapiers » dehors : les furets ne craignent pas le froid mais les courants d’air ! (Il faut donc vérifier l’orientation du vent).     Les vaccins : Le furet peut être vacciné pour 2 maladies virales contagieuses entre le furet et le chien : - la maladie de carré - la rage : la vaccination n’est pas obligatoire mais est nécessaire si l’animal est amené à voyager à l’étranger ou s’il va en camping.     Cohabitation avec les autres animaux : Entente possible avec chien et chat  . Eviter la cohabitation avec des rongeurs ou des lagomorphes (lapins) : le furet est leur prédateur naturel !!     Alimentation : C’est un CARNIVORE strict (besoin d’aliments d’origine animale). Transit digestif très court (3-4 heures environ) : la nourriture doit donc être constamment à disposition du furet et à volonté (il régule lui-même son apport en fonction de ses besoins). Tendance à cacher sa nourriture dans tous les coins : il faut donc privilégier les aliments secs (croquettes) pour éviter les « mauvaises surprises » !! Besoins protéiques très importants donc en protéines de très bonne qualité. Aliments disponibles : Croquettes pour furets ou croquettes pour chatons. Eviter l’apport de sucres.     Reproduction : Maturité sexuelle vers l’âge de 5 à 9 mois (très dépendant de la photopériode). Signes de chaleur chez la femelle : vulve qui augmente de taille et devient très visible.  Chez le mâle : o deur plus marquée que d’habitude.  Accouplement très « sportif » voir violent. Durée de gestation : 42 jours en moyenne (de 38 à 44 jours) La stérilisation peut être réalisée à partir de 6 mois : castration chez le mâle et ovariohystérectomie (ablation des ovaires et de l’utérus) chez la femelle.     Différence mâle /femelle : Le mâle est généralement plus trapu que la femelle (2 kg pour un mâle contre 0,4 à 1 kg pour la femelle). Le prépuce est situé juste en arrière du nombril et présence d’un os pénien.
Quel animal pour vous?
30/01/2020

Quel animal pour vous?

Avoir un animal est une grande responsabilité ! Il est important de bien choisir son compagnon en fonction de ses moyens, de ses habitudes, de son emploi du temps…     Choisir un chien: Un chien est un animal attachant et attaché à son maître. Il a besoin d’attention, de sorties, de câlins mais aussi d’éducation ! Tout cela demande du temps et il faut donc prendre en compte ces critères avant d’adopter un chien. Avec un chien, votre emploi du temps est modifié ! De plus, certaines races demandent beaucoup plus de temps car ces chiens ont besoin de plus se dépenser ou de plus de temps pour les éduquer. Enfin, tous les chiens n’ont pas le même caractère, les mêmes besoins. Il est alors important de bien choisir la race de votre futur chien :   Souhaitez-vous un chien sportif pour courir en sa compagnie ? Avez-vous un petit appartement ou une grande maison avec jardin ? Avez-vous des enfants à la maison ? Voyagez-vous beaucoup ? Toutes ces questions doivent se poser…   Sachez que l’équipe de la clinique connaît bien les différentes races de chiens et pourront vous aider à mieux cerner les races qui pourraient convenir à votre mode de vie.      Choisir un chat: En prenant un chat, les personnes pensent qu’il s’agit d’un animal moins contraignant qu’un chien. En effet, le chat est un animal territorial plus attaché à son territoire qu’à son maître et il n’a pas besoin de sorties quotidiennes. Toutefois, le chat a besoin d’attention, il aime se faire câliner, être en votre compagnie… Il ne faut donc pas négliger qu’il faut s’occuper d’un chat même s’il sort et est assez indépendant. Comme pour les chiens, les différentes races de chat ont des spécificités ! Il faut les prendre en compte avant de choisir un chat. Les bengals sont des chats très actifs qui ont besoin de se dépenser alors que tout le monde sait qu’un persan pourra vivre en appartement, par exemple.     Choisir un NAC : Le choix est difficile car il faut déterminer l’espèce qu’il vous faut ! En effet, lapins, cobayes, hamsters, furets… n’ont pas les mêmes besoins et les mêmes rythmes. Certains sont diurnes alors que d’autres vivent plutôt le soir et la nuit. Mais, malgré certaines croyances, tous ont besoin d’exercice et d’espace. Un animal enfermé sans cesse dans sa petite cage ne pourra pas être heureux. Il faut donc pouvoir offrir un espace (ou un temps) de liberté une fois par jour au moins. De plus, les rongeurs, lapins et furets ont des besoins alimentaires différents qui demandent bien souvent la préparation d’aliments frais !   Il peut être utile de parler d’autres NAC : serpents et autres reptiles ou encore araignées… Parfois achetés ou offerts sur un coup de tête, ils demandent beaucoup d’attention et des équipements précis pour respecter leurs conditions de vie naturelles.   Vivre avec un animal est passionnant mais devant le nombre d’abandons croissant, il est indispensable de bien réfléchir à cette décision avant d’agir pour choisir un compagnon qui vous apportera beaucoup de joie et auquel vous apporterez beaucoup de bonheur ! N’adoptez pas un animal sur un coup de cœur sans connaître ses besoins et n’hésitez pas à venir nous demander conseil. 
Les boules de poils
23/01/2020

Les boules de poils

Les boules de poils (appelées également trichobézoards) résultent de l’ingurgitation de grandes quantités de poils par le chat, lorsque celui-ci fait sa toilette. La langue râpeuse du chat facilite l’élimination des poils morts que le chat avale. En général, ces poils se mélangent à l’alimentation puis sont évacués à travers les selles. Mais il arrive que ces poils s’accumulent dans l’estomac, et forment des pelotes. Certains chats font plus de boules de poils que d’autres et on peut estimer qu’ une petite quantité de boules de poils soit considérée comme « normale ».     Les causes : Les chats passent plusieurs heures par jour (2 heures en moyenne) à faire leur toilette. Lorsque les poils ingurgités s’accumulent dans l’estomac, sans s’évacuer par les voies naturelles, ils forment alors une boule. Cette boule finit par irriter l’estomac de l’animal qui va vomir cette boule de poils. Celle-ci prend souvent la forme d’un cylindre d’environ 4 cm de long et 1cm de diamètre. Les chats à poil long comme les persans, norvégiens... sont particulièrement exposés au phénomène , car leurs poils longs s’entremêlent plus facilement en formant de véritables « bouchons ». Ces chats consacrent beaucoup de temps à l’entretien de ce pelage exceptionnel (jusqu’à 30 heures par semaine) engendrant au final une absorption de poils plus importante. Enfin, un mode de vie exclusivement intérieur peut entraîner une mue quasi permanente et modifier le transit, renforçant le risque d’apparition du phénomène.  Généralement, lors des deux principales mues du chat, au printemps et à l’automne, la fréquence d’apparition de ces boules de poils peut être accrue et ce phénomène peut être aggravé par la présence de parasites (le chat se gratte et se lèche davantage). Il se peut qu’un estomac irrité favorise également la création des boules de poils. Tout simplement parce qu’ une irritation peut entraîner des modifications de la motilité (brassage des éléments dans l’estomac) et favoriser la rétention des poils. Dans ces situations, le chat peut vomir des boules de poils de façon excessive. Lorsque vous trouvez plus d’une boule de poils par semaine, il se peut qu’une irritation de l’estomac soit en cause.   Les risques : La formation de boules de poil peut parfois engendrer une baisse d’appétit , voire une anorexie . La formation de boules de poils est fréquemment à l’origine de troubles digestifs qui peuvent prendre différentes formes et être plus ou moins graves : - Régurgitations, vomissements - Constipation, diarrhée - Obstructions voire occlusions intestinales.   Si l’accumulation de poils dans l’estomac est accompagnée d’une constipation, alors le risque pour la santé de l’animal est plus élevé. Il se peut parfois que des amalgames de poils durs et secs obstruent le passage, augmentant les risques d’étirement des parois de l’intestin.   Les solutions : Plusieurs solutions existent pour prévenir l’apparition des boules de poils et/ou faciliter leur évacuation par les voies naturelles.   Vous pouvez commencer par brosser régulièrement votre chat, afin d’évacuer une bonne part de ces poils.   Certains compléments alimentaires permettent de lubrifier les boules de poils et faciliter leur transit vers les intestins.   Enfin, il existe des aliments spécialement formulés pour diminuer fortement l’apparition des boules de poils.   Conclusion : Les boules de poils font naturellement partie de la vie du chat et ne posent généralement pas de problèmes. Leur évacuation peut être facilitée grâce à une alimentation adaptée. Cependant, dans certains cas, les conséquences de ces boules de poils peuvent s’avérer dangereuses. C’est pourquoi, si vous constatez une augmentation ces boules, demandez conseil à votre vétérinaire. 
Année 2020 – Idées de nom pour votre chien avec la lettre R
17/01/2020

Année 2020 – Idées de nom pour votre chien avec la lettre R

En 2019, le nom de votre chien devait pure race devait commencer par la lettre « P ». On s’attend donc à choisir en 2020, un nom commençant par la lettre « Q » pour son chien, ce qui n’est pas le cas, pourquoi ?   Noms d’animaux : pourquoi passer de « P » à « R » ? En 1926, la Société centrale canine, chargée de tenir à jour le registre "LOF", met en place un système de lettrage pour simplifier la consultation. La Société centrale canine supprima les lettres « K, Q, W, X, Y et Z » jugées trop restrictives dans le choix des noms réduisant à vingt l'alphabet des noms canins. L’alphabet des noms de chiens se compose donc de 20 lettres.  Découvrez notre liste de noms    Ra Raakel Raanan Rab Rabab Raban Rabbi Rabbit Rabi Rabia Raccoon Rachael Rachana Racheal Rachel Rachele Rachelle Rachna Rachyl Racing Raclaw Racquel Rada Radana Radboud Radcliff Rade Radek Radha Radhika Radial Radim Radimir Radka Radko Radmila Radomila Radomir Radomira Rados Radoslav Radovan Radu Radulf Raduz Radzim Rae Raeburn Raelene Raelyn Raf Rafa Rafaël Rafael Rafaela Rafal Rafale Rafe Raffael Raffaela Raffaele Raffaella Raffaello Rafiq Rafiqa Raganhar Raghnall Raghu Raginald Ragna Ragnar Ragnarok Ragnok Ragnuk Rags Raguel Rahab Rahat Raheem Rahel Rahela Rahim Rahul Raibeart Raichéal Raiden Raihau Raijin Raimo Raimonda Raimondas Raimondo Raimonds Raimund Raimunda Raimunde Raimundo Rain Raina Rainard Rainbow Raine Rainer Rainerio Rainier Rais Raisa Raisel Raisin Raj Raja Rajan Rajani Rajender Rajendra Rajesh Rajinder Rajiv Rajiya Rajkumari Rajmund Rajni Rajnish Rajya Rakel Rakesh Rakhshan Raleigh Ralf Ralph Ralphie Raluca Ram Rama Ramachander Ramachandra Ramakrishna Ramar Rambert Rambo Rameen Rameesh Rameses Ramesh Ramesses Ramessu Ramin Ramiro Ramla Ramon Ramona Ramone Ramoneur Ramsay Ramses Ramsey Ramtin Ramunas Ran Rana Ranald Randa Randal Randall Randel Randell Randi Randolf Randolph Randulf Randy Rangi Rani Raniero Ranihei Raniya Ranj Ranjeet Ranjit Ranko Ransu Rantanplan Ranulf Ranulph Ranya Raoul Raphaël Raphaëlle Raphael Raphaela Raquel Rasa Raschelle Rasha Rashad Rashed Rasheed Rashid Rashida Rabbie     Rashmi Rashne Rasim Rasima Rasmus Raspoutine Rastus Rasul Ratan Ratatouille Rathnait Rati Ratna Ratnam Ratree Rattler Ratu Rauf Rauha Raul Rava Ravage Ravahere Ravanui Raven Ravenna Ravi Ravid Ravindra Ravioli Ray Raya Rayen Rayko Raylene Raymon Raymond Raymonde Raymund Raymundo Rayna Raynard Rayner Rayno Raza Razeri Raziela Razz Razzle Rébecca Régine Régis Régulo Rémi Rémy Rüdiger Re Read Reagan Reanna Reannon Rearden Reb Reba Rebeca Rebecca Rebeccah Rebeccanne Rebelle Red Red Baron Redd Redento Redhat Redmond Redmund Reece Reed Reema Reena Reene Reenie Rees Reese Reeta Reetta Ref Referee Refilwe Reg Regal Regan Regana Regena Reggae Reggie Reggina Regin Regina Reginald Reginaldo Regine Reglisse Regolo Regula Regulus Rei Reich Reid Reijo Reilly Reima Reimund Rein Reina Reinald Reinaldo Reine Reiner Reinhard Reinhild Reinhilde Reinhold Reinier Reino Reinout Reko Remao Rembrandt Remedios Remei Remiel Remigio Remigius Remmy Remo Remus Ren Rena Renae Renaldo Renard Renata Renate Renato Renatus Renaud René Renée Reneer Renie Renita Renuka Renzo Reshmi Retha Reto Retread Retweet Reuben Reuel Reut Reuven Reva Revanui Rex Rexana Rexanne Reyes Reyhan Reyna Reynaldo Reynard Reynaud Reynold Reza Rhea Rheanna Rheia Rheinallt Rhett Rhetta Rhian Rhianna Rhianon Rhianu Rhisiart Rhoda Rhodri Rhona Rhonda Rhys Ria Riad Riagan Rian Riannon Riaz Rica Ricard     Ricarda Ricardo Rice Rich Richard Richardine Richelle Richie Richmal Rick Rickey Ricki Rickie Ricky Rico Ricohard Ricoré Ricotta Rida Riddle Ridge Ridley Ridwan Ridwana Rien Riff Rigantona Rigby Rigel Righnach Rigolo Rihard Rihards Riika Riikka Riina Riitta Rik Rika Rikard Rike Rikhard Rikke Rikki Riko Riku Rikuto Riley Rilla Rim Rima Rimah Rin Rina Rinaldo Rinat Ringo Rino Rintintin Rio Riona Rionach Riordan Rip Ripley Riri Rishi Risotto Rissoto Risteard Risto Rita Ritchie Ritika Ritter Ritva Ritz Riva River Rivka Rix Riya Riziero Rizwan Rizwana Roadway Roald Roar Rob Robart Robbe Robbie Robby Robena Robert Roberta Robertina Roberto Roberts Robi Robin Robina Robotnik Robrecht Robyn Robynne Roc Rocco Roch Rochelle Rochus Rocio Rock Rocky Rod Roddy Roderic Roderick Rodge Rodger Rodica Rodina Rodion Rodney Rodolf Rodolfito Rodolfo Rodolph Rodolphe Rodolphus Rodrigo Rodrigue Rodya Roel Roeland Roelof Roffe Rogério Rogelio Roger Rogier Rohan Rohese Rohesia Rohit Rohita Roi Roibeard Roimata Rois Roisin Rojo Rok Roko Roksana Rokuro Rokurou Rokus Rolan Roland Rolande Rolando Roldan Roldão Rolf Rolland Rollo Rolo Rolph Roly Roma Romain Romaine Roman Romana Romane Romano Romanus Romayne Romeo Romey Romilda Romina Rominet Rominet Romola Romolo Romualdo Romulus Romy Ron Rona Ronald Ronalda Ronaldo Ronan Ronda Ronen Rong     Roni Ronit Ronja Ronnette Ronnie Ronny Ronron Roof Rooky Roonui Roope Roopertti Roos Roosevelt Ropati Roque Rordan Rorie Rory Ros Rosa Rosabel Rosabella Rosaire Rosalba Rosaleen Rosalia Rosalie Rosalin Rosalina Rosalind Rosalinda Rosaline Rosalva Rosalyn Rosamond Rosamund Rosana Rosangela Rosanna Rosannah Rosanne Rosaria Rosario Rosco Roscoe Rose Roseann Roseanne Roseen Rosella Roselle Roselyn Rosemarie Rosemary Rosemonde Rosenda Rosendo Roser Rosetta Rosette Roshan Roshanak Roshanara Rosheen Roshni Rosica Rosie Rosier Rosina Rosine Rosita Rositsa Roslindis Roslyn Rosmunda Ross Rossana Rossano Rossella Rostam Rostislav Roswell Roswitha Rosy Rotem Rothaid Rouben Roucky Roudoudou Rouge Rougeot Roukmoot Roul Rouminet Rouquemoute Rouquin Rouquinou Rourke Roussette Rousseur Roussy Routh Rowa Rowan Rowland Rowley Rox Roxana Roxane Roxanna Roxanne Roxelana Roxie Roxy Roy Roya Royal Royale Royce Royco Roydon Royle Royse Royston Roz Roza Rozabela Rozalia Rozalija Rozanne Rozenn Rozsa Rozsi Rozė Roża Ru Ruadh Ruadhan Ruba Rubber Rube Ruben Rubena Rubina Ruby Rubye Ruchel Rudesind Rudi Rudiger Rudo Rudolf Rudolph Rudy Rudyard Ruedi Ruf Rufaro Ruff Rufina Rufino Rufinus Rufus Ruger Ruggero Ruggiero Rui Ruiha Rukmini Rumba Runa Rune Runi Rupert Ruperta Ruperto Rupinder Ruprecht Rush Ruslan Russ Russel Russell Russet Rustam Rusty Rusul Rut Ruta Rute Rutendo Rutger Ruth Ruthie Ruuben Ruud Ruwa Ruxandra Ruy    
Vivre sereinement avec son chien
10/01/2020

Vivre sereinement avec son chien

Le savez-vous ? Il est parfaitement compréhensible d’espérer avoir un chien serein et obéissant.  Pour réaliser ce rêve, votre chien doit vous considérer comme dominant, un dominant fort, sur lequel il peut compter. Rassuré dans la vie de tous les jours par le comportement constant de son maître, vous pourrez avoir un chien plus serein, plus respectueux et donc plus obéissant. Pour cela, il est important de respecter quelques règles simples de façon quotidienne. Les voici :     Son lieu de couchage : Pour les chiens, le lieu de couchage est primordial et définit leur statut hiérarchique. Ainsi, un chien qui se considère comme dominant se placera dans les endroits en hauteur et les plus stratégiques pour observer et contrôler les allées et venues des tous les autres membres de sa meute. Vous ne devez donc pas accepter que votre chien se poste en haut des escaliers, dans votre entrée, devant les portes par exemple. Il est donc conseillé de lui offrir un panier que vous placerez dans un coin du salon ou de la cuisine. De son panier, votre chien ne doit pas pouvoir observer les portes de la pièce. Pour cela, vous pouvez, par exemple, placer une plante ou un paravent pour lui cacher la vue. Votre chien devra dormir dans son panier mais vous pourrez aussi l’y envoyer dans la journée quand il fait une bêtise, quand il est couché au milieu du couloir…     La distribution de ses repas : Ceci est un point très important ! Il est indispensable de prendre une bonne habitude : lui donner à manger après votre repas. Votre chien restera seul le temps de manger et sa gamelle devra être retirée après 20 à 30 minutes. Si votre chien n’a pas fini sa ration, vous pourrez lui représenter 12 heures plus tard. Ainsi, comme tout dominant, vous pourrez exprimer à votre chien, par une règle simple à respecter qu’il mangera quand vous l’aurez décidé !     Vos interactions avec lui : Le dominant de la meute gère les interactions avec les autres membres. C’est donc à vous de décider des moments que vous partagerez avec lui et de quelle façon… Pour cela, il est important de ne pas répondre à toutes les sollicitations de votre chien. S’il demande votre attention, laissez-le patienter même si ce n’est que quelques secondes pour le rappeler ensuite pour un câlin, une caresse ou pour jouer.     Les comportements à punir : Voici quelques exemples de comportement que vous ne devez pas tolérer chez votre chien. Cela se produit souvent quand votre dominance n’est pas assez confirmée. Ne sachant plus s’il est dominant ou dominé, votre chien va tout tenter pour prendre la meilleure place ! Il pourra tout faire pour venir manger devant vous, dans ce cas, fermez la porte de la pièce où vous lui donnez à manger. Il tentera aussi de chevaucher votre jambe. N’acceptez pas ce comportement et envoyez-le dans son panier. Vous pourrez le trouver régulièrement devant la porte de votre chambre, couché au milieu du couloir… Sachez qu’il ne faut jamais enjamber votre chien couché par terre, il doit se pousser quitte à l’envoyer dans son panier. Disputez-le aussi s’il tente de monter sur le canapé. En revanche, dès qu’il est dans son panier, cessez de le disputer et ne le dérangez pas. Vous pouvez cependant, l’appeler vers vous ! Appliqués tous les jours, ces quelques conseils deviendront des habitudes ! Votre chien vous respectera plus et vous obéira mieux.   Cependant, ne négligez pas les séances d’apprentissage. « Assis », « couché », « panier », « pas bougé » mais aussi des petits tours « fais le beau », « fais le mort » … Travaillez par petites séances d’une vingtaine de minutes que vous pourrez répéter plusieurs fois par jour. N’oubliez pas les récompenses qui doivent être des friandises au départ, puis, petit à petit, remplacez-les par des caresses et/ou récompenses verbales.   Enfin, si vous avez quelques problèmes d’obéissance avec votre chien, n’hésitez pas à nous en faire part, nous pourrons vous aider.
Pour une année sereine avec mon animal
03/01/2020

Pour une année sereine avec mon animal

Voici quelques conseils incontournables à la manière de bonnes résolutions pour passer l’année 2020 le plus sereinement possible  avec votre animal.      Les puces et tiques, j’éliminerai... Il est indispensable de traiter votre chien ou votre chat tous les mois, même l’hiver, avec un antiparasitaire efficace. En effet, au moindre redoux en automne ou au printemps, les parasites en profitent ! Et, malheureusement, lors d’infestation par les puces, une seule de ces petites bêtes suffit à infester également la maison : difficile alors de s’en débarrasser ! La prévention reste donc de mise. Quant aux tiques, n’oubliez pas d’inspecter votre chien à chaque retour de balade.     Les dates des vaccins, je respecterai... Si un délai de 1 ou 2 semaines de retard peut être accordé pour certains vaccins, celui contre la rage est soumis à une législation stricte et un vaccin effectué avec un seul jour de retard ne sera valable qu’après 21 jours.   Concernant les autres vaccins, après  4 semaines de retard, le protocole doit être repris depuis le départ avec deux injections à un mois d’intervalle.  Il est donc préférable de respecter les dates indiquées de vaccin.     Toutes les semaines, je le brosserai... La perte de poils est un calvaire pour nos intérieurs mais également pour notre animal et notamment les chats . En effet, ils avalent beaucoup de poils en se léchant, cela provoque la formation de boules de poils intestinales qui peuvent engendrer de la toux, des vomissements et un ralentissement du transit. Un brossage régulier permet de limiter l’ingestion de poils par le chat. La beauté du pelage dépend aussi de cette élimination des poils morts et votre aspirateur sera moins souvent sollicité.     Les balades, je multiplierai... Les chiens ont besoin d’au moins une promenade quotidienne pour ceux qui profitent d’un jardin, plus pour ceux qui vivent en appartement ! Cela est essentiel pour leur équilibre ! Mais parlons aussi des rongeurs et lapins, ils ont aussi envie de se balader ! Il est important de les laisser sortir de leur cage au moins une fois par jour pendant 30 minutes, sous surveillance, bien sûr ! Quant aux chats, pour toux ceux qui ne peuvent pas sortir, il est alors nécessaire d’enrichir leur environnement  avec des jouets divers et variés, une distribution de croquettes en de nombreux repas…     Les vermifuges, je donnerai...  La vermifugation permet de préserver la santé de votre animal, d’améliorer ses défenses immunitaires… Il est généralement conseillé de vermifuger avec  des produits efficaces tous les 3 mois pour les chiens et chats adultes. Les chiots et chatons  doivent, eux, être vermifugés tous les mois jusqu’à 6 mois.     Une alimentation adaptée, je choisirai... Tout animal a besoin d’une alimentation adaptée à leurs besoins physiologiques ou médicaux. Ainsi, nous vous conseillons de choisir un aliment sous forme de croquettes selon l’espèce, la taille, l’âge mais aussi le statut physiologique de votre chien ou votre chat (stérilisation, embonpoint, niveau d’activité…). Il faut aussi tenir en compte une éventuelle prescription de croquettes médicalisées si votre animal est malade.   Pour les rongeurs et lapins, l’alimentation est également très importante avec généralement du foin de qualité, de la verdure et des granulés pour éviter le tri à choisir en fonction de l’espèce (taux de protéines, lipides,  calcium… différents).   N’hésitez pas à nous demander conseil, nous pouvons vous aider. Cette liste de conseils n’est, bien sûr, pas exhaustive mais ces quelques résolutions vous permettront d’offrir toutes les chances à votre animal de passer une année en pleine forme !  Bonne année 2020 à tous !
Les Aras
20/12/2019

Les Aras

Les Aras sont originaires d’ Amérique . Il en existe de nombreuses espèces, la plus grande étant le Ara hyacinthe (Anodorhynchus hyacinthinus). En captivité, on rencontre fréquemment le Ara bleu et or (Ara ararauna), le Ara rouge (Ara macao), le Ara ailes vertes (Ara chloroptera), le Ara militaire (Ara militaris) et le Ara de Buffon (Ara ambigua).     Alimentation conseillée : Il est déconseillé de nourrir les Aras uniquement avec des graines et des noix. De même, les « gâteaux pour oiseaux », à base de gras et de sucre (miel...) sont à proscrire. Les graines créent des carences en vitamines A, D, E, K, en calcium, en acides aminés essentiels (lysine, méthionine). Cela les prédispose aux infections respiratoires, diminue leur système immunitaire, peut provoquer des impactions et des abcès de la glande située au-dessus de la queue (glande uropygienne), et donne un plumage terne. Les femelles carencées en calcium peuvent faire des rétentions d’œufs potentiellement mortelles.   Rappelons qu'il est conseillé de proposer tous les jours des légumes et des fruits variés (lanières de carottes, morceaux de pomme, raisins, papaye, melon, pêche, ananas, mangue...) et de les renouveler fréquemment dans la cage.   La base de l’alimentation devrait être constituée de granulés complets pour oiseaux (équivalent de « croquettes » qui ressemblent à du biscuit) et de noix (noix de Grenoble, de Macadamian, pacanes...).     Soins préventifs:  Il est important de dépister dès l’achat les maladies contagieuses dont certaines sont transmissibles à l’homme (chlamydophilose, maladie du bec et des plumes, polyomavirus...). Ces dépistages sont réalisés chez le vétérinaire grâce à une prise de sang et à des écouvillons, qui peuvent être prélevés en même temps qu’un sexage. Certains oiseaux sont porteurs de virus et/ou de parasites contagieux pour les congénères. Il est  important de dépister ces pathogènes si vous introduisez un oiseau dans une colonie, et d’effectuer une quarantaine d’un mois. Si vous décidez de faire reproduire vos oiseaux, assurez- vous que leur état de santé le permet.   Il est conseillé de consulter un vétérinaire avant de se lancer dans la reproduction.   Soins aux jeunes : N’achetez pas de jeune non sevré : à la puberté, vers 6-7 ans, les Ara quittent leurs parents pour trouver un nouveau territoire dans la nature. En captivité, le Ara qui vous assimile comme son parent risque de ne pas comprendre pourquoi il n’est pas “autorisé” à partir de chez vous pour se reproduire : dans ce cas, l’oiseau peut devenir agressif ou se piquer (arracher ses plumes). Les Aras peuvent être sevrés à partir de 4 mois mais chaque oiseau doit être sevré à son rythme. A partir de 2 mois, de la nourriture solide peut être proposée au Ara dans son environnement, afin qu’il s’y habitue progressivement, tout en recevant 2 repas de pâtée de gavage par jour.     Comment différencier le mâle de la femelle ? Pour les différencier, on peut réaliser un sexage par ADN sur une plume ou du sang, ou un sexage par endoscopie (petite caméra intro- duite dans le ventre de l’oiseau), à l’occasion d’une procédure médicale.  
Le tabac, un danger pour nos compagnons
14/12/2019

Le tabac, un danger pour nos compagnons

Tout le monde connaît les effets du tabac, passif ou non, sur les hommes, femmes et enfants. Et les animaux ?   Cinquante des quatre cents substances chimiques contenues dans les cigarettes sont réputées cancérigènes.   Même si un animal ne fume pas, les résidus de la fumée de cigarette sont présents dans l’habitat d’une personne fumeuse. En effet, ils se déposent dans l’environnement puis sont remis en suspension dans l’air. Cela constitue une toxicité non négligeable pour tous les individus, humains ou animaux.  Toutefois, pour les animaux, qui vivent plus près du sol, qui se lèche le pelage…, l’exposition est d’autant plus importante.    Ainsi, même si un animal n’est pas présent lorsqu’une personne fume, il peut être exposé aux risques du tabagisme passif.     Quels sont alors ces risques ? De nombreuses pathologies peuvent alors apparaître : allergies, bronchites et difficultés respiratoires. L’animal est plus essoufflé et supporte moins l’effort. Les risques de développer un cancer sont aussi augmentés.   Lapins, cobayes, hamsters, furets ou autres nouveaux animaux de compagnie y sont aussi très sensibles. Même les poissons d’aquarium peuvent subir les méfaits de la cigarette ! En effet, les résidus présents dans l’environnement peuvent contaminer l’eau mais la personne fumeuse, en trempant ses doigts dans l’eau, peut aussi mettre en danger ses poissons.  D’autre part, nos compagnons peuvent aussi être touchés en ingérant un ou plusieurs mégots. Cela est également un problème pour tous les animaux de la faune sauvage .  Un animal souffrant d’une telle intoxication à la nicotine présente, généralement en moins d’une heure, des symptômes tels qu’une excitation, des halètements, de la salivation et des troubles digestifs (vomissements et diarrhée) puis une faiblesse musculaire avec tremblements, convulsions, tachycardie…  Lorsque la dose ingérée est très importante, l’animal peut tomber dans le coma pouvant aller jusqu’à la mort.   A savoir :  Les mégots contiendraient 25 % du contenu total de nicotine de la cigarette.    Et la cigarette électronique ?  Si un fumeur de cigarettes ne mets pas en danger son entourage avec des agents cancérigènes, des particules solides ou à du monoxyde de carbone, les cigarettes électroniques contiennent des produits chimiques irritants et de la nicotine.   Toutefois, aucune étude n’a permis d’établir des effets néfastes pour l’entourage d’une personne adepte de la cigarette électronique. Mais, l’e-cigarette représente aussi un risque pour les animaux par contact direct ou ingestion d’e-liquide.   Et, pour ceux qui veulent arrêter, les solutions telles que les patchs et gommes à mâcher, riches en nicotine, constituent aussi un danger si un animal en ingère.  Pour tous les fumeurs détenteurs d’animaux, voici quelques conseils pour limiter les effets néfastes du tabac sur vos compagnons: Il est, en effet, important de limiter leur exposition à la fumée de cigarette. Pour cela, fumez à l’extérieur ou, tout du moins, à la fenêtre : vous limiterez les dépôts de substances dangereuses dans votre environnement et celui de votre compagnon.   Ensuite, soyez vigilant : videz les cendriers très régulièrement, mettez vos cigarettes ou autres produits contenant de la nicotine (patchs, gommes…) hors de portée de votre animal !
Un cobaye à la maison
06/12/2019

Un cobaye à la maison

Les cobayes sont d’excellents animaux de compagnie. Ils sont sociables, adorent se faire cajoler et ne mordent pas ou très rarement. Toutefois pour les jeunes enfants, il est important de les manipuler seulement sous supervision d’un adulte car les chutes peuvent occasionner de graves problèmes, notamment en cas de fractures dentaires. Contrairement à ce que leur nom indique, ils proviennent de l’Amérique Centrale et de l’Amérique du sud. Dans la nature, ce sont des proies. Par conséquent, ils sont stressés de nature et cachent la douleur ou la maladie le plus longtemps possible (par crainte des potentiels prédateurs). Un cobaye qui est visiblement malade doit impérativement être vu en urgence par un vétérinaire habitué à soigner cette espèce.   Environnement : La cage doit être aussi grande que possible, pourvue de cachettes. La litière ne doit pas être poussiéreuse pour éviter les problèmes respiratoires : on préfèrera les litières de chanvre et de copeaux de maïs à la sciure de bois. Il est recommandé de couper les griffes de votre cobaye, pour éviter qu’il ne se blesse en se coinçant une griffe quelque part. Toutefois, attention de ne pas le faire saigner en coupant la griffe : demandez conseil à votre vétérinaire pour les griffes foncées. Il vaut mieux éviter de mettre en contact un lapin et un cochon d’inde, car les lapins peuvent être porteurs sains de bactéries (Bordetella), qui provoquent des problèmes respiratoires chez le cochon d’inde.   Soins préventifs : Les cobayes sont des petits animaux fragiles. La prévention est à préférer. Il est important de consulter un vétérinaire tous les 6 mois pour réaliser un examen dentaire. La stérilisation est préférable chez les femelles. En effet, certaines développent des kystes ovariens. De plus, une première gestation après 8 mois est problématique : une césarienne est impérative pour les femelles qui n’ont pas reproduit avant cet âge car le bassin est alors trop étroit pour laisser passer les petits. Dans ce cas la mise-bas peut causer la mort des petits et de la mère. La stérilisation est donc importante si des cobayes des deux sexes sont en contact.   L’alimentation conseillée : Le cochon d’inde est un herbivore strict. Son alimentation en captivité devrait être composée de foin de bonne qualité, de verdure (légumes, herbes aromatiques, fruits) et éventuellement d’une complémentation en granulés de bonne qualité. Tout changement alimentaire doit être graduel pour éviter les stases digestives et les diarrhées : pendant 48 heures, on mélange les anciens et les nouveaux aliments.   Les granulés : Choisir des granulés extrudés et non des mélanges de graines. Ces derniers sont souvent trop gras et le cochon d’inde aura tendance à les trier. Les granulés à base de luzerne sont adaptés aux jeunes et aux femelles gestantes mais à proscrire pour les autres cobayes. Pour eux, choisir des granulés à base de phléoles des prés. La composition notée sur le paquet peut vous aider à choisir les granulés pour votre cobaye. Choisir les granulés en fonction de leur teneur en fibres (10% de la matière sèche minimum), protéines (18 à 20%), lipide (3,5% maximum) et calcium (basse).   Les granulés sont une complémentation : en donner de 0 à 30g par cochon d’inde et par jour (1 cuillère à soupe environ) au maximum. Si vous en donnez plus, le cobaye aura tendance à manger moins de foin et pourra développer des problèmes dentaires ou digestifs.   La verdure : Une distribution variée de 100g de verdure par jour, répartie en 2 à 3 repas permet de couvrir les besoins en vitamines et minéraux du cobaye (attention à la vitamine C, voir plus loin). Pour éviter les excès et les carences, donnez 3 à 4 végétaux différents dans une ration. Les nouveaux végétaux doivent être introduits progressivement et en petites quantités, afin de prévenir les problèmes digestifs. Bien laver et sécher la verdure. Elle doit être donnée à température ambiante. Ne donnez pas de verdure dans un état que vous ne consommeriez pas vous-même.     Les friandises : Pour faire plaisir à votre petit protégé, rien de plus sain qu’un petit morceau de fruits ou des herbes aromatiques séchées que vous mélangerez à son foin. Il vaut mieux éviter les mélanges de graines, les bonbons et autres barres à grignoter que l’on peut trouver dans le commerce et les animaleries. Trop riches en graisse et en sucre, ces friandises ne sont pas adaptées aux cobayes. Vous pouvez également leurs donner des branchages de bouleau, saule et arbres fruitiers non traités qui les occuperont. Pains, chocolats, bonbons et autres gâteaux destinés aux humains sont à proscrire.   La vitamine C:  Comme les humains, les cobayes ne synthétisent pas de vitamine C. Elle doit donc être apportée par l’alimentation quotidiennement. Une carence aura pour conséquence des problèmes de locomotion (douleur au niveau des pattes avec des zones rouges sur la surface plantaire), des problèmes dentaires, une baisse de l’appétit et de l’état général de l’animal... Cette vitamine étant très sensible à la lumière, à l’air et à la chaleur, les granulés enrichis et les végétaux en sont très vite appauvris. De même l’eau de boisson oxyde rapidement cette vitamine. C’est pour cette raison qu’ un apport quotidien de vitamine C pure, directement dans la bouche du cobaye à l’aide d’une seringue est la solution la plus appropriée pour couvrir ses besoins journaliers.    Le foin:  Le foin est nécessaire au bon fonctionnement du système digestif des cobayes et favorise une bonne usure des dents qui poussent en continu. Le foin à base de luzerne est un foin riche en calcium, en protéines et en hydrates de carbone (glucides). Il est adapté aux jeunes cochons d’inde en croissance et aux femelles en gestations et allaitantes, mais trop riche en calcium pour les autres cobayes, chez qui il pourrait causer des calculs urinaires. Pour les cobayes adultes, on choisira un foin à base de phléoles des prés. Le foin doit être donné à volonté au cobaye. Il doit être bien vert, feuillu, non poussiéreux ni moisi, et sentir bon. Disposez le foin dans le râtelier pour éviter qu’il ne soit souillé dans la litière de la cage. Pour conserver toutes ses qualités, il faut le stocker dans un endroit frais, sec, sombre et aéré. Les conteneurs hermétiques ne sont pas adaptés.
12345678910...